De quoi s'agit-il? Depuis cette page vous pouvez utiliser les liens Web Collaboratif pour placer L’Arnacoeur, je veux bien me laisser avoir… sur un site de gestion de favoris en ligne, ou le formulaire E-mail pour envoyer un lien par e-mail.

Web Collaboratif

E-mail

Envoyez le par e-mail
mars 23, 2010

L’Arnacoeur, je veux bien me laisser avoir…

Posté dans: Actualités Cinema

L’Arnacoeur

arnacoeur.jpg

Un film de Pascal Chaumeil (ancien réalisateur de séries télé apparemment) avec Romain Duris, Vanessa Paradis, Julie Ferrier et François Damiens

Le personnage de Romain Duris est à la tête d’une entreprise de briseur de couple. Son équipe (sa sœur et son mari), brise donc des couples sur demande à condition que la femme soit malheureuse. Jusqu’au jour où l’équipe bien rodée se retrouve contrainte à accepter un boulot (à cause de dettes sévères) qui semble bafouer leur principe… Briser le  couple de Vanessa Paradis, oenologiste à la brillante carrière et au futur mariage heureux.

 

Les acteurs sont très convainquant, qu’il s’agisse de Romain Duris en séducteur acharné, de  Julie Ferrier en femme à tout faire ou de François Damiens en guignol de service… le casting tient ses promesses. Le trio marche à la perfection et le scénario n’est pas pour les désservir.

 

En effet, le contexte romantique est agréablement ponctué de gags et rebondissements  efficaces. La finesse d’écriture ne laisse pas place à l’ennui et la cohérence du tout fait plaisir : une comédie bien négociée à mon avis.

 

La réalisation est agréable, on remarque toutefois les quelques effets spéciaux imposés par l’histoire (les dauphins…) et la photographie offre deux ou trois belles scènes. Mais l’essentiel repose sur l’enchaînement de l’histoire et des scènes comiques. Les plans et lieux sont très divers et on ne s’ennuie pas non plus à ce niveau là.

 

Bon je pense que vous avez compris, si vous aimez le genre allez le voir ! Essayez de ne pas regarder la bande annonce, vous n’en éprouverez que plus de plaisir…

 

 


Revenir à: L’Arnacoeur, je veux bien me laisser avoir…