De quoi s'agit-il? Depuis cette page vous pouvez utiliser les liens Web Collaboratif pour placer District 9, la SF est de retour sur un site de gestion de favoris en ligne, ou le formulaire E-mail pour envoyer un lien par e-mail.

Web Collaboratif

E-mail

Envoyez le par e-mail
septembre 17, 2009

District 9, la SF est de retour

Posté dans: Actualités Cinema

Voilà un film que je voulais voir depuis la bande annonce que je trouvais très réussi. J’aime beaucoup la Science Fiction (SF) et je trouve que c’est un genre pas toujours réussi au cinéma. Est-ce le cas de district 9 ? Vous le saurez plus bas. ;-)

Il y a vingt-huit ans, des extraterrestres entrèrent en contact avec la Terre…Ces visiteurs d’au-delà des étoiles étaient des réfugiés et furent installés dans le District 9, en Afrique du Sud, pendant que les nations du monde se querellaient pour savoir quoi en faire…Depuis, la gestion de la situation a été transférée au MNU (Multi-National United), une société privée qui n’a pas grand-chose à faire du sort de ces créatures, mais qui fera d’énormes bénéfices si elle arrive à faire fonctionner leur extraordinaire armement. Jusqu’à présent, toutes les tentatives ont échoué : pour que les armes marchent, il faut de l’ADN extraterrestre. La tension entre extraterrestres et humains atteint son maximum lorsque le MNU commence à évacuer les non-humains du District 9 vers un nouveau camp, en envoyant des agents de terrain s’occuper de leur transfert. L’un de ces agents, Wikus van der Merwe, contracte un virus extraterrestre qui se met à modifier son ADN. Wikus est à présent l’homme le plus recherché de la planète, celui qui vaut plus qu’une fortune : il est la clé qui permettra de percer le secret de la technologie alien. Repoussé, isolé, sans aide ni amis, il ne lui reste qu’un seul endroit où se cacher : le District 9…

district_9.jpg

 

On peut dire que le film se déroule en deux parties. Une première filmée comme un documentaire où l’on suit une équipe du MNU chargé de faire signer aux extraterrestre leur avis d’expulsion. Tout cela est entrecoupé par des interviews où pour une fois tout les peuples (pas forcément tous les humains) sont d’accord d’une chose, les extraterrestres surnommés « crevettes » sont une menace. Cette partie est donc plus psychologique et montre les réactions humaines face à l’inconnue. L’histoire se met en place et on comprend au fur et à mesure comment sont traités ces non humains.

La deuxième partie est du divertissement pur où le héros principal fuit le MNU pour lequel il travaillait. Tout simplement car il vaut une fortune pour cette organisation, qui grâce à lui (où plutôt son corps) pourrait enfin utiliser les armes Aliens.

L’Afrique du Sud n’a pas été choisie par hasard, tout le monde se rappelle l’Apartheid. Ce film montre que nous n’apprenons pas de nos erreurs. Nous avons toujours peur de l’autre et un besoin de domination.

Il faut noter que ce film est le premier long métrage réalisé par Neill Blomkamp et je peux vous dire qu’on va réentendre parler de lui. La mise en scène est très bonne avec des plans originaux et modernes surtout dans la deuxième partie très dynamique. Les effets spéciaux sont très réussis, on a l’impression que les extraterrestres existent vraiment. Ils sont très attachants du fait de leurs réactions très humaines. On sent parfois la tristesse dans leurs yeux.

Le réalisateur avait réalisé en 2005 un court métrage qui va donner district 9. Voici le court métrage :

C’est de la SF, mais l’aspect documentaire donne un côté réaliste au film et le message est très actuel.

Quelques points négatifs quand même.

Le début est un peu spécial car les situations manquent un peu de réalisme notamment dans les dialogues et dans certaines situations un peu trop burlesques. C’est peut être aussi du au fait que les humains traitent les aliens comme des insectes. En tout cas passé la première demi-heure où on ne sait pas trop comment prendre le film on est vite happé par l’histoire et cela jusqu’à la fin.

Et puis le héros, un beauf moyen du MNU est assez agaçant mais cela ne nui pas aux propos du film, au contraire. C’est juste qu’on voudrait qu’il agisse parfois autrement.

Quand on sait que le film à coûté « seulement » 30 millions de dollars, on se demande où passe  l’argent des blockbusters.

Un très bon film qui arrive à passer un message sans oublier de nous divertir. Mon attente a donc été comblée.

Tout en ayant une vraie fin le film est ouvert à une suite.


Revenir à: District 9, la SF est de retour