De quoi s'agit-il? Depuis cette page vous pouvez utiliser les liens Web Collaboratif pour placer Une fois n’est pas coutume, parlons d’une comédie fraîche… sur un site de gestion de favoris en ligne, ou le formulaire E-mail pour envoyer un lien par e-mail.

Web Collaboratif

E-mail

Envoyez le par e-mail
octobre 18, 2008

Une fois n’est pas coutume, parlons d’une comédie fraîche…

Posté dans: Coup de Coeur !, Critiques DVD

Etant mu par un certain immobilisme ces derniers temps, ce film m’a plus particulièrement touché que les autres… mais de quel film je parle ?

crick.jpg

Et il s’agit de “Le fabuleux destin d’Harold Crick” de Marc Forster (A l’ombre de la haine, Neverland, Les cerfs volants de Kaboul et bientôt Quantum of Solace (James Bond, vous connaissez ?)) avec Will Ferrell, Emma Thomson, Maggie Gyllenhaal, Dustin Hoffman et Queen Latifah. Le film date de 2007 chez nous et est passé un peu dans l’anonymat…

C’est une comédie avec beaucoup de poésie et une certaine intelligence dans la réflexion qu’elle porte…

Résumons un peu le propos : Harold Crick (Will Ferrell) est un contrôleur du Fisc tout ce qu’il y a de plus normal. Sa vie suit une ligne monotone sans jamais s’en dérouter. En bref, sa vie est une routine mecanique bien huilée mais sans aucune saveur.
Un jour alors qu’il se brosse les dents, il entend une voix (que lui seul peut entendre) qui ressemble à s’y méprendre à une narration de roman… Mais très rapidement, cette voix va modifier le cours de la vie… ou le cours de l’hsitoire dont Harold est le protagoniste. Harold n’est t’il qu’une pièce d’un récit ou une personne vivante ?… c’est tout l’intérêt du film.

Comme je l’ai dit plus haut, j’ai été touché par cette histoire qui parle avec poésie de la vie de beaucoup de personnes emmurées dans une sorte d’immobilisme feutré. Leur vie ressemble a un mecanisme répétant inlassablement les mêmes choses sans jamais les remettre en cause… (je ne m’exclus pas du lot de ces personnes… car j’ai moi même j’ai du mal à sortir des murs douillets de ma prison d’habitudes et de solitude…).

Les acteurs jouent avec finesse et Will Ferrell étonne par le ton juste et sobre qu’il donne à son personnage.

Marc Forster m’avait déja touché avec son “Neverland” et “A l’ombre de la haine” qui value à Hale Berry un oscar, si bien que je suis impatient maintenant de voir ce qu’il a pu faire avec James Bond, sur Quantum of Solace (qui sort à la fin du mois).

J’espère vous avoir donné envie de voir ce film.

Sur ce, Bon film !

Attendez… j’ai un petit truc à vous dire avant de partir : Je vais bientôt mettre quelques informations et contenus sur “Tonnerre sous les tropiques” (dont j’ai déja parlé) et The Watchmen de Zach Snyder… donc restez sur vos gardes et reviendez !!


Revenir à: Une fois n’est pas coutume, parlons d’une comédie fraîche…