De quoi s'agit-il? Depuis cette page vous pouvez utiliser les liens Web Collaboratif pour placer Le cinéma coréen actuel et ses petites perles… sur un site de gestion de favoris en ligne, ou le formulaire E-mail pour envoyer un lien par e-mail.

Web Collaboratif

E-mail

Envoyez le par e-mail
mai 12, 2008

Le cinéma coréen actuel et ses petites perles…

Posté dans: Dossier

Aujourd’hui, j’avais envie de faire un petit dossier sur le cinéma coréen de ces derniers années et plus particulièrement présenter quelques films coréens qui m’ont particulièrement touché.

Tout d’abord, comment parler de cinéma coréen aujourd’hui sans parler de la Trilogie de la vengeance de Park Chan-Wook (Sympathy for Mister Vengeance, Oldboy et Lady Vengeance). Je n’ai pas eu l’occasion de voir le premier opus mais j’ai pu voir Oldboy et Lady Vengeance. Force est de constater lorsque l’on voit ces deux films, que le réalisateur maitrise son sujet ! Que l’on aime ou l’on aime pas, le film vous suscite des émotions diverses et variées et les images vous explose à la figure.

Certes beaucoup n’aimeront pas la violence stylisée de ces films mais tout est question de goût. De plus, le film ne banalise pas la violence, il l’a présente aux spectateurs sous toutes ses formes, qu’elle soit psychologique ou physique, en rappelant que la violence fait malheureusement partie intégrante de nos vies (Cela ne reflète bien sur que mon avis personnel).

Il semble que le thème de la vengeance soit un thème récurrent dans le cinéma coréen comme en atteste A bittersweet life du réalisateur Kim Jee-Woon (auteur également de l’excellent 2 soeurs, Grand Prix du film fantastique de Gérarmer en 2004).

Dans ce film, le bras droit du parrain local s’éprend de la femme qu’il ne fallait pas et se retrouve pris dans un engrenage duquel il ne pourra se défaire que par une vengeance froide et musclée. Ici, les combats sont d’une violence singulière et le message porté touche souvent à une certaine poésie et philosophie de la vie.

L’acteur principal, Lee Byung-Hun (que les gamers reconnaitront … un indice : Un jeu de Capcom se déroulant sur une planète de Glace…) est tout simplement impressionnant par sa classe et sa froideur.

Et comme nous parlons de froid, pourquoi ne pas maintenant parler horreur et antarctique ? Avec comme film : Antarctic Journal de Im Pil-Seong avec comme co-scénariste : Bong Joon-Ho (Memories of murder, The host) dont nous reparlerons plus tard.

Ce film traite d’une expédition en Antarctique qui tourne mal. 6 explorateurs sont en passe de rallier le point d’inaccessibilité (lieu le plus reculé du globe) mais lors du périple, des évènements étranges vont se produire… Est ce les hommes qui perdent progressivement la raison ou une force mystérieuse qui les submergent ?

Le film propose ici une peur psychologique plus que visuelle, en bref pas de grosses effusions de sang mais une grosse réflexion sur aboutissement et la quête de la vérité…

On retrouve dans ce film, l’acteur Song Kang-Ho (Memories of murder, The host, Shiri, Sympathy for mister vengeance,…) au sommet de son art.

Parlons maintenant du réalisateur cité plus haut en tant que co-scénariste de Antarctic journal : Bong Joon-Ho.
Tout d’abord, c’est par ce réalisateur que j’en suis venu à me cultiver sur le cinéma coréen. En fait, sous les recommandations d’un ami (Dragan), je me suis jeté sur Memories of murder et ce fut un choc ! Ce film est une merveille, alliant enquête policière, cynisme, action et humour.

Le film raconte l’enquête sur le premier cas de serial killer en Corée. Le film est basé sur des faits réels et en est d’autant plus effrayant. Les acteurs sont tout simplement parfaits.

Je ne sais pas si David Fincher avait vu le film avant de réaliser Zodiac mais on trouve des ressemblances assez frappantes.

Après ce petit bijou, j’ai attendu impatiemment le futur film de Bong Joon-Ho… En 2006, il sort son nouveau film : The host. Et là, à nouveau je tombe sous le charme ! Cette fois-ci, plus d’enquête tirée de faits réels mais une bonne grosse fiction avec un monstre de synthèse animé par WETA workshop (studio auteur des effets spéciaux du Seigneur des anneaux).

Suite à la vidange illégale de chloroforme par un scientifique américain dans le Lac Han, une créature mutante terrorise la ville de Séoul. La famille Park, suite à l’enlèvement de Hyun-Seo, partent à sa recherche dans les égouts de Séoul…

Ce film est très bon divertissement, plein d’humour et d’action. Cependant, pour les âmes sensibles certaines scènes pourraient choquer.

En conclusion de ce petit dossier : Le cinéma coréen est particulièrement prolifique ces dernières années et dans tous les domaines (Film d’animation, de SF, Policier, de Mafia,… ). C’est un cinéma de qualité et il serait dommage de passer à côté.

Sur ce, bon film !


Revenir à: Le cinéma coréen actuel et ses petites perles…