Nous avons actuellement 175 visiteurs connectés sur nos sites (9 sur generationmp3.com - 2 sur jeuxvideo.org - 0 sur nos autres blogs - 164 sur le forum)

Écrit par
Rémi

Hayao Miyazaki ça vous dit quelque chose ? Ca m’étonnait q…

Mardi 13 novembre 2007 à 11:33 | Dans la catégorie Dossier
Comme je l’avais promis à certains, voici un dossier sur Miyazaki. Celui-ci ne sera pas exhaustif car il y a tant à dire sur Hayao Miyazaki !…



Tout d’abord, présentons un peu l’homme : Hayao Miyazaki, 66 ans, né dans le quartier d’Akebono (ça vous rappelle pas un certain court -métrage présenté sur ce blog ?) à Tokyo.
Son enfance est marquée par la deuxième guerre mondiale dont Hayao s’en inspirera au long de sa carrière de réalisateur.
Son père était directeur de Miyazaki Airplane, entreprise aéronautique familiale dont son frère est le propriétaire. Cette influence de l’aviation va d’ailleurs ensuite être bien présente dans l’oeuvre de Miyazaki.
Sa mère, très intelligente, souffrait malheureusement d’une forme de la Tuberculose. Ce qui a contraint sa mère à être alitée à l’hopital puis à demeure.
Je passerais le reste de la famille, car ils ont un peu moins d’importance dans les influences de Miyazaki.

Hayao va être attiré par le dessin assez tôt mais pourtant va faire des études en économie pour revenir à l’animation.
Il commence comme intervaliste au studio Toei en 1963 ou il va faire la rencontre du syndicaliste Isao Takahata et de sa future femme : Akemi Ota.

La première réelle “interaction cinématographique” entre Miyazaki et Takahata va se faire sur le projet “Horus, Prince du soleil” qui sort le 21 juillet 1968 et malheureusement fait un flop commercial malgré un réel talent.

En 1971, Miyazaki quitte la Toei pour rejoindre Takahata et Yoichi Kotabe aux studios A-Pro.(Entre temps Miyazaki est devenu papa à 2 reprises).
Pour A-pro, Miyazaki et ses comparses vont réaliser des épisodes de Lupin III (Edgar de la cambriole pour les francophones) et de Panda Kopanda (Panda et petit panda).

En 1973, les trois comparses quittent A-Pro pour Zuiyo Pictures pour qui, ils réaliseront pendant 5 années des épisodes de World Masterpiece Theater.

En 1978, Miyazaki passe enfin à la réalisation ! Il commence par la série Conan fils du futur, qui pose les prémices de certains de ses films, comme Nausicaa ou le chateau dans le ciel.

En 1979, Il réalise son premier long-métrage avec “Lupin III (Edgar) - Le chateau de Cagliostro

En 198…, il réalise cojointement avec la RAI (chaine italienne) les 6 premiers épisodes de Sherlock Holmes. Par manque d’investissement de la part de la RAI, Miyazaki lache le projet ensuite.

Toshio Suzuki, reporter de ANIMAGE (revue sur le manga) étant épris de l’oeuvre de Takahata et Miyazaki depuis quelques années, va convaincre et aider Miyazaki à réaliser Nausicaa.
Pour se faire, dans un premier temps il commence à publier dans ANIMAGE le manga Nausicaa conçu par Miyazaki. Après un bon acharnement de la part de Suzuki, le projet voit le jour.
En 1983, l’adaptation du manga est lancé et le film sort en 1984 au Japon.
Le succès est immense et permet la création en 1985 du studio Ghibli.

Pour la suite, vous connaissez ou du moins je l’espère.

Je ne m’attarderais pas à l’énumération de tous les films des studios Ghibli, je vais cependant poser une petite chronologie des films qu’a réalisé Miyazaki pour son Studio :
  • 1986 : Laputa - le chateau dans le ciel
  • 1988 : Mon Voisin Totoro
  • 1989 : Kiki la petite sorcière
  • 1992 : Porco Rosso
  • 1997 : Princesse Mononoké
  • 2001 : Le voyage de Chihiro
  • 2004 : Le chateau ambulant
  • 2008 : Ponyo…

Miyazaki et les sorties en France :
Tout d’abord, les films de Miyazaki sont sortis timidement en France, jusqu’à l’avènement : “Princesse Mononoké” puis “Chihiro“.
En france, le dessin animé est malheureusement mal perçu, plutot vu comme un ouvrage pour enfant malgré une culture forte du dessin animé (le roi et l’oiseau,…).
Avec l’arrivée dans les années 90, des dessins animés plus adultes, la France finit par “reconnaitre” l’animation comme un film à part entière (je ne m’attarderais pas sur cette partie car c’est mon avis et elle risque de susciter un débat).

Que dire de plus à part que j’adore ce réalisateur qui a le don de nous faire nous émerveiller et nous rappeler le temps de l’enfance.
La musique de Joe Hisaishi y est pour beaucoup dans cette magie mais on pourrait faire un dossier rien que sur ce compositeur.
Pour ma part, les films que je préfère de lui et dans l’ordre sont :

En premier lieu : “Princesse Mononoké” à égalité avec “Nausicaa“.





Tout d’abord, Mononoké que je trouve plus adulte et plus proche de ce que j’aime dans les films japonais : l’ambiance médievale japonaise. Le récit de la malédiction d’Ashitaka a été pour moi été une seconde révélation dans l’univers de l’animation japonaise (après Akira).
Ensuite Nausicaa, même si le manga lui est supérieur, je trouve l’histoire du film cohérente et magnifique.

Vient en deuxième ex-aequo : Porco Rosso et Totoro.





Pourtant très différent : le premier étant encore une histoire de malédiction mais cette fois l’histoire est aérienne et le deuxième est plus un conte pour enfant (mais si les adultes trouvent aussi leur compte) avec une grosse peluche.

Bon je pense en avoir déja dit beaucoup alors je m’arrêterais là, nous pourrons poursuivre ce dossier dans les commentaires.

A tous bons films, et sachez que 2 Ghibli sont sortis recemment en dvd : Omoide poroporo de Takahata (jamais sorti dans nos contrées mais ne disposant que de sous-titres français. Quand on aime on ne s’arrête pas à si peu) et Les contes de Terremer de Goro Miyazaki (Le fils ainé de Hayao).

Et pour conclure, une petite image du prochain Miyazaki, Ponyo :

7 commentaires

  • Libertyfab 13 novembre 2007 à 13:21

    Je me permettrai de rajouter mon avis :

    J'ai découvert le studio Ghibli grâce à Takahata et son "Tombeau des lucioles". J'étais tombé dessus par hasard sur arte, et je me suis pris une claque, à un tel point que j'ai mis une semaine à me remettre du ko que cette oeuvre m'avait mis.

    J'ai ensuite été voir "Chihiro" au cinéma. Mon premier Myazaki. Je ne connaissais pas encore le lien entre les deux réalisateurs. Encore une fois une claque. Complètement différente : Takahata m'avait mis le moral dans les chaussettes, Myazaki m'a emporté dans un monde féérique.

    Ces deux personnages sont complémentaires. Je me suis coltiné ensuite tous les films du studio ghibli. Et voici la hiérarchie que j'en ai tiré :

    1ers ex-aequo : Chihiro, Nausicaa, Cagliostro, Totoro, Le tombeau des Lucioles

    2èmes ex-aequo : Porco Rosso, Mononoke, Kiki, Pompoko, le château ambulant (quoique, avec sa fin bâclée…)

    3èmes ex-aequo : Laputa, et tous les autres films, sauf…

    4ème : Les contes de Terremer : Le fils de Myazaki a pour moi salopé le boulot. L'animation est belle, les personnages sympas, mais le scénario et la mise en scène très fouillie. Des difficultés de compréhension, pas d'émotion… Dommage.

  • Thanos06 13 novembre 2007 à 14:11

    Tu as eu raison de poster ton avis ! J'ai hésité longuement à faire un dossier sur ghibli en général mais j'aurais mis trop de temps à le rédiger ^^. Alors j'ai choisi de le faire sur Miyazaki. Mais je reconnais également adorer le travail de Takahata ! "Le tombeau des luciolles" est un chef d'oeuvre sans aucun doute. Très dur mais magnifique. Sinon, ce qui est amusant dans la filmographie de Takahata c'est que ces autres films en général sont très joyeux (Mes voisins les yamadas, Kié la petite peste, Pompoko,…).
    Le film de Goro, je ne l'ai pas vu (et oui on ne peut tout voir ^^). Tu parles également de Lupin III - Le chateau de Cagliostro, j'aime bien cette série et ce film et en ce moment je me fais une cure de Lupin III d'ailleurs (Hier, c'était le secret de Mamo, le film sorti juste avant Cagliostro).

  • Libertyfab 13 novembre 2007 à 14:41

    Je trouve la série Lupin III sympa, mais sans plus.

    Par contre, j'apprécie particulièrement les longs métrages qui en découlent. Notamment Cagliostro qui est quand même phénoménal.

    Je ne me sens pas capable de parler de Myasaki sans parler de Takahata. Ils ont à mon avis énormément appris l'un de l'autre.

    Quand tu dis que les films de Takahata sont joyeux, je ne trouve pas forcément. Je trouve par exemple Pompoko profondément triste sur le fond. Et on peut également trouver dans le tombeau des lucioles des moments de pur bohneur.

    Concernant les Myazaki, se sont généralement des moments de pure magie qui arrivent cependant à faire passer des messages.

  • Thanos06 13 novembre 2007 à 15:02

    Effectivement, tout bon film n'est pas que joyeux ou triste, il fait passer des messages également.

    Dans "Le tombeau des luciolles" il s'agit d'une tragédie bien dosée, mais d'une tragédie tout de même. L'humour et la joie sont là pour contre balancer la tristesse du sujet (L'enfance sacrifiée et la guerre). Pompoko, Kié, les yamadas sont plus des comédies à mon goût avec une notion de tragédie pour relever et faire passer un message. Ainsi, dans Pompoko, il y a la notion tragique de la destruction de la faune et la flore par l'expansion des villes. Mais la manière dont les tanukis organisent la rébellion est tout de même comique. Par le rire, on peut faire passer beaucoup de choses. Dans le tombeau, l'ambiance est lourde et triste mais à la fois si juste. Cependant, je n'ai que trop peu rit dans ce film alors que dans les autres ouvrages de Takahata (pas tous), je me suis plutôt amusé. Kié n'a pas non plus une vie admirable mais elle fait avec et le prend avec beaucoup de philosophie.

    Lupin III est une série qui m'amuse et me fait beaucoup penser à Sherlock Holmes d'ailleurs (même démarches des personnages, même humour, même fouilli ^^)mais je comprends qu'on ne puisse pas accrocher. En ce moment, je me fais justement les long-métrages.

    Enfin, il est vrai qu'il est dur de parler de Miyazaki sans parler de Takahata, mais je trouve que même si on retrouve des thèmes communs (écologie, le japon après et pendant la guerre,…), ils ont une imagerie, des références et une mise en scène très différente. C'est pourquoi, j'ai fait un choix (mais je parle comme même rapidement de Takahata).

  • psy-4 13 novembre 2007 à 18:21

    Dommage dans ses sources d'inspirations tu ne parles pas de Tezuka, le père de la japanim'. Sinon très bon dossier, comme tu me l'avais promis, mais bien trop court. En même temps parler rien que de Miyazaki prendrait une bonne cinquantaine de pages A4, sans rentrer dans les détails. Alors l'ensemble du studio Ghibli je n'en parle même pas bigyellow.gif

    p.s : Je n'ai pas maté le tombeau des lucioles depuis une éternité, il me déprime à un point c'en est incroyable… Faut dire que c'est le seul film/anim qui a réussi à m'extirper une larme (enfin bien plus d'une ^^).

  • Thanos06 13 novembre 2007 à 22:26

    C'est vrai j'ai oublié Osamu Tezuka comme une des sources multiples de l'inspiration de Miyazaki mais j'ai du faire des coupes ^^.
    Le tombeau de luciolles, je ne pense pas qu'il y ai beaucoup de personnes qui n'aient pas pleuré devant ^^. A moins d'être un robot ou d'être totalement insensible…

  • toflus 19 novembre 2007 à 16:52

    CITATION(Libertyfab @ 13/11/07 - 13:21) [snapback]506237[/snapback]

    4ème : Les contes de Terremer : Le fils de Myazaki a pour moi salopé le boulot. L'animation est belle, les personnages sympas, mais le scénario et la mise en scène très fouillie. Des difficultés de compréhension, pas d'émotion… Dommage.


    Même si je suis loin de détester ce film (que perso je préfère au château ambulant ou laputa), je me suis souvent dis que la saga "les contes de terremer" était suffisamment dense pour en faire une série d'animation plutôt qu'un gros film.
    Papa Miyazaki avait commencé à se faire les dents avec des series ("conan" … uhm j'ai un doute là). Je pense que Goro Miyazaki aurait du passer par la même case, mais si j'ai bien compris il y a surtout une histoire de rivalité dans les studios ghibli.

    Ce qui me fait peur c'est l'avenir du studio ghibli. Je ne connais pas l'ensemble du personnel mais entre Mr. Miyazaki, Mr. Takahata ils ne sont plus très très jeunes.
    Dommage d'avoir laissé partir une personne comme Masashi Ando, chez Mad House (paprika / tokyo Godfather / La traversé du temps)

    Tant à rester dans les classement made in ghibli :
    numéro 1 incontesté "Le tombeau des lucioles" (meme si ce film reste pour moi une torture)
    mon petit chouchou en n°2 "Totoro" (mon premier Ghibli)
    ensuite trés trés dur de départager "Nausicaa" et "Mononoke"
    sans oublier le génial "Mes voisins les yamada".

    Eh … petit moment de bonheur ?

Flux RSS des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

- Devenir membre

Un trackback

 
 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail