Nous avons actuellement 205 visiteurs connectés sur nos sites (74 sur generationmp3.com - 5 sur jeuxvideo.org - 0 sur nos autres blogs - 126 sur le forum)

Écrit par
goban

Pourquoi regarder de vieux films ? Akira Kuro… quoi ?

Mercredi 17 octobre 2007 à 11:50 | Dans la catégorie Dossier




De nos jours, la créativité cinématographique est régie par pleins de codes et de références, voir d’hommage à des auteurs du passé.
C’est pourquoi il est intéressant de revenir aux sources (si comme moi vous êtes curieux de connaître les sources d’inspiration des réalisateurs en général). Aujourd’hui, je voudrais parler d’un réalisateur qui en a influencé plus d’un : Akira Kurosawa.




J’en parlerais par rapport à mon vécu et aux films que j’ai pu voir de cet auteur.

Tout d’abord, les films de Kurosawa créent une rupture avec le cinéma japonais de son époque (un peu comme Sergio Leone avec les films de Western). En effet, les samouraïs ne sont pas vus comme des semi dieux mais comme des êtres ambigus, qui alterne entre le bien et le mal allègrement. La plupart des héros des films de Kurosawa sont soit des Ronins (samourais sans « chef », limite mercenaires) soit des samourais en quête de reconnaissance.
Avec l’arrivée du format DVD, beaucoup des films de Kurosawa sont devenus disponibles en France.



Pour ma part, le premier film de Kurosawa que j’ai pu voir est : « Les 7 Samourais ».
L’histoire est simple et efficace : Des villageois pauvres sont en proie à des pillages réguliers de la part d’un groupe de pillards sans foi ni loi. Ils décident de ne plus se laisser faire et partent à la recherche d’hommes forts pour défendre leur village. 7 samourais déchus vont accepter le contrat pour l’argent dans un premier temps et pour l’honneur ensuite. Le film peut s’avérer long (près de 3h) mais le scénario et la mise en image captent l’esprit et il est ainsi difficile de ne pas regarder le film jusqu’à la fin.
Ce film a inspiré un remake américain : « Les 7 Mercenaires ».



Je vais continuer dans les films les plus connus de Kurosawa et qui ont influencé de grands réalisateurs avec « Yojimbo » connu aussi sous le nom du garde du corps. Le film porte en quelque sorte sur la bêtise humaine : Un samourai errant débarque dans un village ou les deux plus influentes personnalités se livrent une guerre sans merci. Chacune des 2 familles concurrentes va tenter de ramener à elle le valeureux guerrier. Ce samourai très rusé va créer la zizanie dans les 2 familles et pousser celles-ci à s’entretuer afin que le village retrouve la paix. Le film montre que la convoitise altère l’esprit et que la bêtise peut atteindre des sommets par son biais.
Ce film a fortement inspiré Sergio Leone pour son « Une poignée de dollars » (toujours pas sorti en dvd dans nos contrées alors que sa suite l’est).



Enfin, pour conclure, le film qui a été une source d’inspiration à Georges Lucas pour la création de Star wars, j’ai nommé : « La forteresse cachée ».
Ici, on retrouve quelques éléments et scènes que l’on peut retrouver dans la première (vraie) trilogie : La princesse au caractère fort vêtue de blanc, le guerrier qui va assurer sa protection, les 2 lourdauds inséparables qui ne cessent de se disputer et enfin la grande fête autour du feu.
Le film se déroule autour de 4 personnages : La princesse, son général et 2 villageois cupides de retour d’une guerre sans gloire. Le pays est en guerre et 3 fiefs se disputent les territoires environnants.
Dans un premier temps, les 2 villageois vont fuir les combats et découvrir par hasard de l’or et une forteresse cachée dans les montagnes. Dans la foulée ils vont rencontrer un homme mystérieux. Cet homme est sur le point de les éliminer quand les 2 villageois lui dévoilent leur plan pour traverser les camps ennemis.
La forteresse cachée protège une jeune princesse, dernière survivante et héritière de la rébellion. Afin de la protéger, ils vont tous devoir traverser les territoires adverses afin de rejoindre un fief allié.



Chaque film de Kurosawa reflète une certaine philosophie de la vie et recèle une part d’ironie. Bref ce sont des films à voir plus qu’à raconter. Donc si j’ai réussi à vous convaincre de les voir, c’est qu’il y a de l’espoir. Pour mieux comprendre un film, un réalisateur quoi de mieux que de retourner vers ce à quoi il fait référence.

écrit par Thanos, rédacteur sur OptionCiné
Illustré par des images du film « Les 7 Samourais » de Kurosawa

10 commentaires

  • psy-4 17 octobre 2007 à 12:52

    Ahhhh Kurosawa l'une des icones du cinéma, au même titre que Truffaut et compères.
    Ses films sont vraiment sublimes, la caméra toujours juste, elle permet de faire passer des émotions que certains réalisateurs auraient dû expliquer par une nouvelle scène ou un dialogue.
    Kurosawa un génie? Pour ma part oui, il fait parti de ceux qui sont souvent imités mais jamais égalés (même la scène du combat sous la pluie dans Zatoïchi de Kitano n'égale pas celle des 7 Samouraïs).

  • nekomata 17 octobre 2007 à 17:43

    Kitano à beau être bon et faire des films intéressant, c'est autre chose, c'est certain. Les films de Kurosawa sont tous composés de plans qui sont autant de mini-chef-d'oeuvres.
    Les images qui illustrent le billet me font penser à une chose : l'acteur fétiche du maître, Toshiro Mifune, que l'on retrouve dans nombre de ses films. (Un billet sur lui serait génial. Sourire.gif )

    Pour ceux qui ne l'ont pas vu, et même si Kurosawa n'a pas pu le filmer, je recommande "Après la pluie" (Ame agaru) qui est adapté de son dernier scénario.

  • Thanos06 17 octobre 2007 à 17:57

    J'ai pensé à faire un ticket sur Mifune également car je suis fan de cet acteur de prestige ! je ferais peut être un ticket sur lui quand je traiterais d'un film monument : le sabre du mal ^^. Thanos06=Rémi.

  • Kimé 18 octobre 2007 à 0:07

    Je conseille Sanjuro de Kurosawa ! Magnifique et plein d'humour.
    Un peu moins connu peut-être, mais ne sont-ils pas tous bons ? Sourire.gif

    Merci pour cette hommage en tout cas !

  • Thanos06 18 octobre 2007 à 10:57

    Oui c'est vrai qu'il est difficile de faire un choix dans la filmographie de Kurosawa tant ses films sont bons. ON m'avait également conseillé de parler de Dodes Kaden mais bon …
    De plus, je n'ai pas vu tous ses films et j'ai préféré parler des plus connus pour attirer les non-cinéphiles et aussi parce que je les ai vu. D'ailleurs si certains sont intéressé, une bonne partie des Kurosawa sont disponibles en dvd version pocket et à petit prix jusqu'à début novembre.

  • nekomata 18 octobre 2007 à 13:33

    Ah oui, ça c'est intéressant. Sais-tu s'il y a La légende du grand judo dedans ?

  • toflus 18 octobre 2007 à 13:57

    Mon premier Kurosawa c'est RAN.
    Je devais avoir 12ans grand maxi, et même si je n'avais pas tout compris à l'époque, j'en garde un souvenir impérissable.

  • Thanos06 18 octobre 2007 à 14:04

    Non malheureusement la légende du grand judo ne fait partie de la promotion (je ne crois pas que ce soit le même éditeur qui dispose des droits).
    Va voir par toi même sur le site de Wild Side, collection les introuvables pocket, il y a comme du choix. Si je ne me trompe pas la légende du grand judo est édité par MK2.

  • Goret 20 octobre 2007 à 2:39

    On ne regarde pas certains films un peu anciens pour voir les sources d'inspiration des modernes, mais tout simplement parce que ce sont des chefs d'oeuvre. clindoeil.gif

    Après, c'est bêtement statistique: les cinéastes actuels n'étant pas plus doués (ni moins doués) que ceux des temps passés, il y aura eu plus de grands films au XXème siècle qu'au XXIème, pour le moment. bigyellow.gif

    Pour ce qui est de Kurosawa, il ne faudrait pas le voir comme un réalisateur de "films de samourais", il a fait beaucoup d'autres choses (jeter au moins un coup d'oeil à Ikiru, Dersu Uzala, Entre le ciel et l'enfer…).

    Et présenter Kurosawa comme "en rupture" uniquement par son point de vue sur les samourais me semble un petit peu réducteur. Kurosawa a un style plus "occidental" que ses contemporains (les occidentaux le lui rendront bien par la suite), et adapte par ailleurs Shakespeare ou encore Dostoievski - c'est plutôt là, sur la mise en scène, que je verrais une rupture.

    Après, Kurosawa est un très grand réalisateur, mais il n'est pas le seul de cette époque au Japon: Ozu filme des sujets contemporain, avec un pays entre modernité et traditions (et composant des plans fixes inégalables et aisément reconnaissables), Mizoguchi s'attaque à la condition humaine et en particulier celle des femmes, dans un pays qui n'est alors pas des plus féministes (et un style avec beaucoup de plans-séquence, lui aussi très personnel)…

  • Thanos06 20 octobre 2007 à 10:04

    Comme je le disais dans l'article, ceci est une vision de Kurosawa (la mienne ^^). N'ayant pu voir tous les films de Kurosawa, je te remercie des précisions. Mon but n'était pas de faire un dossier complet sur Kurosawa mais d'attirer les personnes qui liraient l'article à voir ses films. Et comme souvent on commence par les films de samourais de Kurosawa, j'ai présenté mes préférés. Enfin, dans mes présentations de films ou de cinéastes j'essaierais d'avoir une approche simple des films et d'éviter un discours trop "intellectualisant" (dans le genre de ce que l'on peut trouver dans "Les cahiers du cinéma") car je veux que le topic reste à la portée de tous et pas seulement aux initiés. Sinon merci de tes remarques, je tiendrais compte dans mes futurs visonnages.

Flux RSS des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

- Devenir membre

 
 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail